Coopération parlementaire : l’expérience de la décentralisation en France exposée aux sénateurs congolais

Gérard Larcher, président du sénat de la France, au cours d’une plénière speciale, ce jeudi 28 mars 2024, à l’hémicycle du sénat du Congo, a présenté aux sénateurs congolais l’expérience de la décentralisation de la République francaise.

L’adresse de Gérard Larcher a porté sur l’expérience française de la décentralisation. Les sénateurs congolais ont, du reste, apprécié la clarté et l’éloquence de cet exposé qui a duré une vingtaine de minutes. Ce grand oral a débuté par l’éloge de Brazzaville, ville où s’est joué, selon lui, l’avenir de la France et d’autres pays africains, en 1940.

A lire aussi : Présidentielle russe : des félicitations de Denis Sassou-N’Guesso à Vladimir Poutine

Se prononçant sur l’amitié entre le Congo et la France, Gerard Larcher a souligné que « le chemin parcouru est à la hauteur de l’histoire » des deux pays. Il a également rendu hommage au président Denis Sassou-N’Guesso qui « n’a pas hésiter à bousculer les choses », a-t-il déclaré.

« En tant que sénateurs, vous représentez les entités territoriales… », a relevé le président du Sénat français qui a ajouté que la décentralisation a été maîtrisée en France par l’Etat et que la déconcentration et la décentralisation doivent cheminer ensemble.

Pour Gérard Larcher, « aucun modèle de décentralisation n’est transposable ». Les collectivités locales disposent des prérogatives propres, a-t-il expliqué. « C’est un cheminement qui exige du temps et passe par de nombreuses phases d’adaptation », a insisté le président du Sénat français devant les sénateurs congolais qui n’ont pas manqué de lui poser quelques préoccupations pour éclairer la lanterne de l’assistance.

Répondant aux Sénateurs congolais, Gerard Larcher a expliqué que le Sénat français tire sa légitimité des conseils territoriaux. « Tous les textes qui concernent les conseils territoriaux sont confiés en première lecture au Sénat », a-t-il notifié, tout en soutenant que la commune est le cœur de la décentralisation. « La décentralisation est comme la coopération, il faut la faire progressivement », a conclu le président du Sénat français.

Lire le précédent

Coopération parlementaire : Gérard Larcher, président du sénat français en visite de travail à Brazzaville

Lire la suite

Sénégal : la victoire de Diomaye Faye confirmée par le Conseil constitutionnel

Laisser un commentaire

Le plus populaire